• An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow
  • An Image Slideshow

Bonjour et bienvenue

heureuxDirection Les Pavillons-sous-Bois, un beau jour d'août 2011, pour découvrir un Coupé S de couleur Bronze bien plus joli que sur les photos, waoouu !!! Un petit tour de l'auto suivi d'un petit tour du quartier, re-waoouu !!! Il me le faut... A ce stade de l'exposé, je tiens à préciser au lecteur que je n'y connais pas grand chose en technique automobile, et qu'entre le coupé et moi c'est juste une question de feeling. Et là, je ne sais pas si c'était le fait de ne pas avoir déjeuner, ou l'effet du soleil au zénith, mais je le sentais bien ce Coupé S.

Direction le pavillon du papa, et j'apprends au passage que les étriers et flexibles de frein ont été changés, ainsi que le maitre cylindre, le radiateur a été détartré, le carburateur réglé, bref que la voiture est prête pour le grand départ. " C'est où que je doit signer ? " Mais là, stupeur et tremblements. La carte grise est déjà signée et datée vendue en 1995 ! Ouh lala, ça va pas ce truc. " Mais si mon bon monsieur, tous les papiers concernant l'héritage sont là, le certificat de cession est prérempli et signé, normallement ça passe en préfecture ". Normallement... " Oui, c'est comme si vous aviez acheté la voiture en 95 et que vous ayez attendu jusqu'à aujourd'hui pour faire la carte grise ". C'est comme si... Je suis à deux doigts (de pied) de rebrousser chemin, mais je repense au Coupé Bronze qui m'attends là dehors, qui n'attend que moi !!! " Ok, c'est bon, je la prends "

Deux jours plus tard, le chèque de banque en poche, je retourne au pavillon. Deux jours d'attente à sonder le net à la recherche d'informations sur l'etablissement d'une carte grise suite à un héritage. Deux jours sans réussir à me rassurer, à lire des témoignages sur des voitures qui passent de main en main parce que c'est impossible d'établir le fameux sésame qui nous ouvre l'accès aux voies goudronnées. Deux jours d'angoisse...

Finalement je signe, et les papiers en main, la clé de contact dans l'autre, je prends possession du Coupé, coute que coute, et s'il faut refaire une carte grise en passant par la FFVE, je le ferai ! Fébrilement je démarre, je cale, je redémarre et me voilà parti pour de nouvelles aventures à bord de mon bolide S flamboyant sous sa livrée bronze metallisée.

Quelque jours plus tard, je me rends à la sous-préfecture de Palaiseau (vive les RTT), mon dossier complet (je l'espère) sous le bras. Trois quart d'heure d'attente à l'extérieur, puisque je m'y suis pris tôt pour être en premièrer ligne et éviter d'attendre à l'intérieur. Attendre à l'extérieur étant moins stressant qu'attendre à l'intérieur... 9h00 les portes s'ouvrent, je me faufile, je grille 1 ou 2 places, je me fais griller 2 ou 3 places, je prends ma place dans la file, la rumeur enfle, mauvaise nouvelle le système de paiement est en panne. Je tiens bon ma place dans la file, la rumeur se confirme, des places se libèrent, pas question d'abdiquer. Arrivé à l'accueil, on m'explique gentiment que je peux faire la carte grise, mais que je dois payer dans une autre préfecture AVANT ce soir puisqu'on est vendredi. Pas de problème, je persiste. Devant moi ça se décante et c'est tant mieux. Numéro 13 ! C'est mon tour de me présenter au guichet. " Bonjour Madame, c'est pour une carte grise (ben oui j'men doute)... une vieille voiture... voici tous les papiers et justificatifs... Normallement... C'est comme si... ". Regard dubitatif de la Madame : " C'est qui, qui a signé la carte ? ". " C'est kiki ? Ben... les héritiers... ". " Il me faut leur accord écrit pour la vente ! ". (Euh... je crois qu'ils sont tous morts) " Normallement... C'est comme si... Enfin je pense que tout y est ". Revérification des papiers par la Madame,... en effet tout y est. Bingo !!! J'ai le justificatif, il ne me reste plus qu'à trouver une autre préfecture et faire chauffer la CB.

Me voici donc officellement le second propriétaire d'un Coupé 304 S de couleur bronze, né le 3 octobre 1973.